Rivista di Massoneria - Revue de Franc-Maçonnerie - Revista de Masonerìa - Revista de Maçonaria
History Literature Music Art Architecture Documents Rituals Symbolism

_sc64.gif - 6039 Bytes



Le Convent des Suprêmes Conseils du Rite Écossais Ancien et Accepté - Lausanne, 6-22 septembre 1875

Conséquences internationales (II.)


La Guerre est déclarée (janvier 1876)

Pike écrivit au Commandeur du Suprême Conseil d’Écosse pour lui faire part de ses sentiments au sujet de Lausanne.[110] Le Grand Secrétaire Mackersy lui répondit le 24 janvier 1876 :

M\ P\ and Dear Brother :

Our Sovereign Grand Commander received your letter as to the Lausanne Conference, and he has instructed me to reply to it, as I wish to bring under your notice some things connected with the present position of matters and some suggestions which I submitted to him of which he approves and which he wishes communicated to you.

You will ere this have received a printed copy of' the letter addressed to the Supreme Council of Switzerland.[111] I sent the official copy for your Council to your Secretary General, but Mr. Whyte Melville sent you also a copy. From it you will observe that the Supreme Councils of Scotland and Greece decline to join the Confederation. I had a letter, of which I annex a copy, from the Supreme Council of Ireland, from which you will observe that Council also will not join. I wrote to Ireland before writing you, mentioning the subject I was going to bring before you, and by letter received from Bro. Chatterton I may say that if you adopt my views, Ireland, Scotland and Greece are ready to join, at least the two latter are, and I have no doubt of the former.

From the report of the proceedings of the Lausanne Congress you would learn that a considerable number of Councils have joined the Congress (or Confederation, I should say) and upon the principle ‘L’union fait la force’, they will have a considerable advantage over Councils remaining singly outside of it. Now, as you are the originator of the idea of a Confederation, I do not see why those Councils which entirely disapprove of the Lausanne proceedings should not form a league offensive and defensive for their own protection, and why you should not take the lead in preparing Articles of Confederation in which we could all agree. You would have your own Council and the three I have mentioned to start with – that would be four and I doubt not you could get the Northern Jurisdiction, Canada, and some of the other American Councils to join. The moral effect of such a union would be great. Not only would it offer protection to the Councils forming it from being oppressed by the other Confederation, but it would probably at no distant date compel an amalgamation of the two Confederations on terms we could all agree upon. Unless this be done, and done at once, I foresee much evil in the future. One after another of the outstanding Councils will gradually drop into the Confederation, when the objectionable features of its present Constitution come to be forgotten or overlooked, as they will be in time. It is too strong to expect it to die a natural death so long as England and France are members, and if nothing be done now, in a few years you will see almost every Council in the world parties of it and all under French control. I have marked this letter private, as I don’t wish it printed in your Bulletin,[112] but of course you are at liberty to use it in any way you please in communicating with your own Council or with Councils which have not as yet joined the Confederation.


Pike décida alors d’adresser une lettre circulaire [113] aux Grands Commandeurs des Suprêmes Conseils qui n’étaient pas membres de la Confédération. Datée du 5 mars, elle commençait ainsi :

M\ P\ Sov\ Gr\ Commander :

The Propositions herewith enclosed are transmitted to you for the consideration of your Council, in pursuance of the suggestions of the M\ P\ Sov\ Gr\ Commander of the Sup\ Council for Scotland, as communicated to me by the Secretary General of that Body, as follows :

Pike reproduisait le texte intégral de la lettre de Mackersy qui vient d’être citée et continuait ainsi :

There is no reason why those Supreme Councils which find insuperable objections to exist to their accession to the Confederation established at Lausanne, should not form another Union, to exist by its side, upon bases not liable to the same objections. The power conceded to the Congress by Article III of the Articles of Alliance of that Confederation are entirely too broad and in fact unlimited. Article XII creates a new law, which must apply to the largest Empire as well as to the pettiest State, and when so applied is immeasurably absurd. The changes attempted to be made in the Grand Constitutions revolutionize the Rite; and the substitution of a “Principe-Créateur” for the God in whom Freemasons put their trust alarms the whole body of the Craft everywhere in the world, and if sanctioned by the Supreme Councils will destroy the Ancient and Accepted Rite, as it ought to do. The Masons of the United States hoId that no man can be a Mason who does not cherish a firm belief in the existence of a God; and they cannot but see a sinister purpose in the substitution for God our Father, Who is in Heaven, a Somewhat, vague and indefinite, a shapeless Impersonality, accepted to conciliate men for whose opinions they have no respect. For us to accept the “Principe-Créateur,” though with permission to call It “The Grand Architect of the Universe,” would be to annihilate our Ritual. No English-speaking Masons have desired to proclaim their disbelief in the God of their forefathers, and their belief in a Creator-Principle, a phrase without meaning, which annuls the God of Justice, Wisdom and Beneficence, the Protecting Providence of our daily lives and with the same blow destroys religion and prostrates all the altars of all Faiths and of Masonry.

Nor do we believe that the Supreme Councils and Masons that speak other tongues will sanction this unfortunate depravation, demanded only by an insignificant number of Masons is a single country, who mistake the vertigo and delirium of the intellect for the inspiration of Truth, and the perplexed vagaries of speculation and superficial Pyrrhonism for the scholia of a profound philosophy. To conciliate only these, it is demanded that Masonry shall dethrone God and set in His place a Principle, of which no affection known to us, nor even intelligence, can be predicated ; a Force, an Impersonal Potency, between which and men there can be no sympathies; which cannot be for us a Providence; to which we and all our sorrows and sufferings and hopes and aspirations are no more than the dead sands of the sea-shores are.

The Cardinal Articles herewith submitted are so few and simple that we may reasonably hope that they will be assented to by all our Sup\ Councils. Ours, in fact, has already either formally proposed or always accepted all of them. Be pleased, Most Puissant Brother, to lay them before your Council at an early day, and give us prompt advice thereafter of its action, which we hope to receive before the assembling of our Supreme Council at Washington, on the first Monday of May.

Singly, our Bodies can only elect whether to unite with the Confederation that will dedicate its Temples to the Principe-Créateur, or to remain isolated. It will not do for us to permit the Masonic world to suppose that we are not energetically opposed to this acceptance, in lieu of God, of a Principle, of which our adversaries might say that It could fitly be, as anciently it was, symbolized by Priapus and the Lingam. United, we may propose or accept such bases, as will in the end effect a Union of all. With brotherly affection for those who constitute the Confederation ; wishing for a Union with them which at present they unintentionally deny to us ; proposing and doing nothing for the purpose of antagonism, let us unite together, that we may, after a time, be able to unite with them.

May our Father Who is in Heaven, have you and the Ill\ BB\ of your Council always in His holy keeping !


Lors de sa réunion du 14 mars, le Suprême Conseil d’Écosse

took into consideration correspondence with the Supreme Councils of the Southern Jurisdiction of the United States of America, and Ireland, as to the property of the Councils which disapproved of the proceedings of the Lausanne Conference, and of the principles adopted by the Confederation formed thereat, forming a League offensive and defensive upon principles upon which all could agree. It was unanimously resolved (1) That it is desirable that such a League should at once be formed, (2) That this Council approved of holding a Conference with the Supreme Council of Ireland on the subject, and resolves to invite such a Conference as soon as the Articles of Union are received from the Supreme Council of the Southern Jurisdiction ; and (3) That when the Articles of Union are approved and adopted of, by the Councils which resolve to unite, all other Councils be invited to join.[114]


Après sa circulaire du 5 mars, Pike en adressa une seconde, le 20 mars, aux Grands Commandeurs des Suprêmes Conseils qui avaient signé les textes adoptés à Lausanne, en y joignant les Cardinal Articles qu’il avait rédigés [115] :

M\ P\ Sov\ Commander :

The propositions herewith enclosed have been transmitted to the Supreme Councils not members of the Confederation created at Lausanne, at the instance of the Sov\ Gr\ Commander of the Sup\ Council of Scotland. It is proper that we should send them to the Councils of the Confederation also, not in the way of invitation to another Union, but that our action may be known to all. […]

Too much was done at Lausanne that cannot be undone ; and so much of what was done is objectionable to us (more in the Revision of the Grand Constitutions than in the Articles of Confederation), that it would be useless even to recite our objections, with a view of having them removed. We must accept the inevitable, and do what seems wisest and best under the circumstances.

There is no reason why those Supreme Councils which find insuperable objections to exist to their accession to the Confederation established at Lausanne, should not form another Union, to exist by its side, upon bases not liable to the same objections. The powers conceded to the Congresses by Article III […] are entirely too broad and in fact unlimited. Article XII creates a new law […] The changes attempted to be made in the Grand Constitutions revolutionize the Rite ; and the substitution of a “Principe-Créateur” for the God in whom Freemasons put their trust, alarms the whole body of the Craft everywhere in the world, and, if sanctioned by the Supreme Councils, will destroy the Ancient and Accepted Rite, as it ought to do. […]

This “Principe-Créateur” is no new phrase. It is but an old term revived. Our adversaries, numerous and formidable, will say, and will have the right to say, that our Principe-Créateur is identical with the Principe-Générateur of the Indians and Egyptians, and may fitly be symbolized, as it was symbolized anciently, by the Linga, the Phallus and Priapus. […] To accept this, in lieu of a personal God, is to abandon Christianity and the worship of Jehovah, and to return to wallow in the styres of Paganism. So it seems to us ; and we can account for the assent of our English Brethren to the change, only upon the ground of inadvertence. Adopt it, and the Phallus will be a legitimate symbol of it in our Lodges and on our altars. […]


Les Articles of Federation proposés à cette « autre Union » que le Suprême Conseil d’Écosse qualifiait de « Ligue offensive et défensive » étaient divisés en deux groupes. Le premier comprenait huit articles. Le second en comprenait dix-huit, de nature réglementaire, intitulés « Secondary and Subservient ».[116] Il y était prévu qu’un congrès de la Ligue se tiendrait à Édimbourg, le premier lundi de septembre 1877, et qu’il se réunirait ensuite tous les dix ans.


A la réunion du Suprême Conseil d’Écosse, le 31 mars

The Supreme Council having carefully considered the Draft Articles of Federation proposed by the Supreme Council of the Southern Jurisdiction of the United States, and consisting of eight articles, unanimously approved of, and adopted, the same, with the exception of subdivision third of article third.[117]

Le Conseil prit également connaissance des décisions adoptées trois jours plus tôt par le Suprême Conseil d’Irlande :[118]

That this Supreme Council does not adopt the proceedings of the Convention of Lausanne—

1.       Because they deem that the Convention had not any right to proclaim anew the foundation of Masonic Belief ; […]

2.       Because we conceive that the Congress of Lausanne was not invested with any Legislative or Judicial Power, […]

3.       That this Supreme Council is willing to adopt the recently proposed Articles of Federation, and is willing and anxious to co-operate with the Supreme Council of Scotland, […]

4.       That the M\ P\ Sovereign Grand Commander and the Secretary General are hereby appointed, and authorized to treat with the Supreme Council of Scotland, […]

5.       That copies of these Resolutions be forwarded to the Supreme Council of Scotland, and the Southern Jurisdiction, United States of America.


Entre-temps, Mackersy avait envoyé le 20 mars au Grand Commandeur suisse (malheureux otage dans une partie internationale de ping-pong) une lettre prolixe de cinq pages, qui réfutait point par point les arguments de celle qui lui avait été adressée le 9 février par le Suprême Conseil d’Angleterre.[119] Le 10 avril, le Grand Commandeur irlandais Townshend écrivait à Pike pour lui annoncer que son Suprême Conseil avait décidé de se joindre à la « nouvelle Confédération » proposée et y développait les résolutions adoptées le 28 mars.[120] Le 6 mai, le Suprême Conseil de Grèce se ralliait également aux  propositions de Pike.[121]


Le Grand Chancelier belge Léopold Riche eut beau écrire à Pike,

To impose here in a formal manner the acknowledgment of a personal God, would be to kill the Sup\ Council [122]

le Grand Commandeur américain s’attaqua à la position du Suprême Conseil d’Angleterre :

[its] notions in  regard to the Principe Créateur will produce fermentation and effervescence [123]

et, toujours à propos des îles Sandwich, accusa le Grand Commandeur Crémieux d’avoir tenté de prouver la mauvaise foi de la Juridiction Sud en falsifiant délibérément un article extrait des propositions faites par Pike en 1874.[124]

Contre-attaque anglaise (mai 1876–juillet 1877)

La contre-attaque anglaise prit la forme d’un Memoir adressé aux Suprêmes Conseils du monde entier le 26 mai 1876,[125] signé par deux de ses délégués au Convent, Montagu et Sandeman. Dirigé contre les assertions de Mackersy, qualifiées d’unfair et d’unscrupulously made, il commençait ainsi :

Had the Scotch Delegate to the Congress of Lausanne, Bro\ Mackersey [sic] remained to the end of the Conference (instead of leaving after the first preliminary meeting of one of the Committees, and actually before the Congress sat at all), though he professed not to understand the French language, in which the discussions were necessarily carried on, the untenable statement, circulated by him in the name of the Scotch Council — namely, that the Congress did not express its belief in a personal God — never could have been ventured upon […]

Passant à la Déclaration de Principes, il en citait le 8ème paragraphe :

Pour relever l’homme à ses propres yeux, pour le rendre digne de sa mission sur la terre, la Maçonnerie pose en principe que le Créateur suprême a donné à l’homme, comme le bien le plus précieux...

et les commentait ainsi :

If these words do not mean the sole God, who is above all, and who is a personal God, then no language can do it. The G\ Chancellor speaks the more strongly on this point, because the whole of that paragraph is his.

La suite du Memoir servait à démontrer que la juridiction du Suprême Conseil d’Angleterre, « comme l’avait reconnu unanimement les membres du Convent de Lausanne », s’étendait sur la totalité des colonies anglaises. Il se terminait par les mots peu amènes :

A Council [celui d’Angleterre] that has so much done for the Rite is not likely to submit to any interference from one that up to January, 1872, had neither Chapter, Lodge, nor Tribunal out of Edinburgh, and which, after twenty-eight years’ existence, has only one Chapter for all Scotland. [126]


Quelques jours plus tard, lors de la réunion bisannuelle de son Suprême Conseil,[127] Pike déclarait :

I had not then noticed the fatal objection to the Declaration of Principles ; but I did not think such a declaration, better fitted for the Degree of Apprentice, either necessary or wise or expedient, and had instructed our Illustrious Brother Shaw to oppose any such declaration.[128]

Après cette réunion, Pike énonça à Léopold Riche les raisons pour lesquelles son Suprême Conseil avait décidé de faire partie de la Ligue proposée par l’Écosse,[129] répondant ainsi aux objections du Grand Chancelier belge qui avait qualifié les conséquences de cette décision de « désastreuses » et en répétant

We considered ourselves excluded from the Confederation by the adjudication in regard to the Sandwich Islands.[130]


Des remous semblent alors avoir agité le Suprême Conseil d’Angleterre. Le 11 juillet, le Grand Commandeur, Lord Carnavon, présenta sa démission. Un accord fut trouvé pour ne l’accepter et ne la rendre publique que plus tard.[131] Le 11 octobre, exaspéré par la nouvelle que le Suprême Conseil d’Écosse avait créé un Chapitre à Gibraltar,[132] le Suprême Conseil d’Angleterre décida de rompre ses relations avec celui d’Écosse et choisit, ici encore, de ne pas rendre sa décision publique.[133]


Le 10 février 1877, la démission de Lord Carnavon fut officiellement acceptée et Lord Skelmersdale [134] lui succéda. Le Suprême Conseil entendit la lecture d’une lettre de Pike

suggesting that our differences with the Sup. Co. of Scotland might submitted to the arbitration of a commission [...]

Resolved That Bro. Pike’s communication be placed in the Archives but that no immediate action be taken thereon, pending a proposed attempt to arrange the matter in question ourselves, and that this be explained to Br. Pike with the thanks of the Council.[135]

Skelmersdale connaissait personnellement le Lieutenant Grand Commandeur écossais, l’Earl of Rosslyn. Le Suprême Conseil anglais tenta apparemment d’apaiser la querelle. Il s’ensuivit un échange de lettres et une visite de l’Earl of Rosslyn chez Lord Skelmersdale à Londres en présence de trois autres membres du Suprême Conseil d’Angleterre, le 27 juillet 1877. Les pourparlers n’aboutirent pas.[136]

Préparation de la rupture avec l’Écosse (juillet-septembre 1877)

Or, le 18 juillet précédent, le Suprême Conseil d’Angleterre avait adressé aux Suprêmes Conseils signataires du Traité de Lausanne une circulaire qui montre assez qu’il les préparait à l’annonce de la rupture [137] :

I am directed [...] to bring to your notice the action of the Supreme Council of Scotland, that you may consider whether her name should not be erased from among the number of friendly Sister councils, and the exequatur withdrawn from her Representatives near your Grand East, as also your powers from your Representative near her Grand East.

2. The Supreme Council of Scotland [...] has now issued invitations for the assembling a “First Congress of the United Supreme Councils of the A\ and A\ Scottish Rite of Freemasonry”, to be held at Edinburgh on the 10th September, 1877.

3. This proposed Congress is diametrically opposed to our Congress at Lausanne, and it need hardly be added that if it be carried out, the result of the meeting of the Supreme Councils for Greece, Central America. the Southern Jurisdiction of the United States and Ireland will be in direct opposition to the best interests of the whole of the Supreme Councils forming the Lausanne Confederation.

4. I am further directed to urge upon you the necessity of taking immediate action in this important matter, as this so-called “First” Congress may inform the Masonic world that the presence of your Representative at the meeting has bound your Supreme Council to an adherence to the Resolutions therein passed.[138]

5. In the justification of the step you are asked to take, I am directed to refer you to pages 191 and suite, and page 208 of the Annual Reporter of the Supreme Council of Scotland, May 1877, Edinburgh; and to add that this Supreme Council has done everything in its power to bring the Supreme Council of Scotland to a sense of the great error she is committing in endeavoring to create this Masonic schism, which had its origin alone in the ambitious and encroaching views of its members.


Imperturbable au milieu de l’orage, le Suprême Conseil de Suisse envoyait une circulaire aux Suprêmes Conseils confédérés pour leur rappeler que leur prochaine réunion devait se tenir en 1878 à Rome ou à Londres,[139] mais qu’

Ensuite du désistement du Suprême Conseil d’Italie, partie contractante au Convent 1875, en faveur du Supr\ Cons\ pour l’Angleterre, le Pays de Galles et les dépendances de la couronne britannique, séant à l’Orient de Londres,

Le Supr\ Cons\ pour la Suisse, Pouvoir exécutif,

Déclare vous convoquer au Convent dont la réunion, après entente avec le Supr\ Cons\ d’Angleterre, est fixée au Lundi 15 Juillet 1878, à l’Orient de Londres.

A cette époque, nous transmettrons au Suprême Conseil d’Angleterre les Pouvoirs que, par une faveur insigne, la Grande Assemblée de 1875 nous a confiés. […]

Qu’il nous soit encore permis de rappeler ici que, suivant l’art. 4 du Traité d’Alliance, tous les Supr\ Cons\ légitimes et reconnus qui n’ont pas été représentés au Convent de Lausanne ont été fraternellement invités à adhérer à ce Pacte et à entrer dans la Confédération. […] Nos cœurs et nos bras leur sont ouverts. […] nous considérons comme un événement heureux le Pacte de 1875, qui marquera une date précieuse dans l’histoire de l’Écossisme et fixera le point de départ d’une impulsion nouvelle, d’une extension plus grande, plus énergique de son action.[140]

La réunion de la ‘Ligue’ a Édimbourg (septembre 1877)

La réunion d’Édimbourg, prévue pour le premier lundi de septembre 1877 par les Articles of Federation que Pike avait rédigés et distribués en mars 1876, eut-elle lieu ? Oui, si on se reporte à l’Official Bulletin qui en publia les Proceedings.[141] Curieux “Proceedings” qui sont datés avec imprécision et ne font aucune mention des participants :


Proceedings at the first congress

of the united supreme councils

of the ancient and accepted scottish rite of freemasonry,

Held at Edinburgh, in    September, 1877.


The Supreme Council of Scotland was opened in ample form by the Sovereign Grand Commander. Thereafter the Commissions of Delegates were received and examined, the Congress constituted, and the Supreme Council closed.

The Committee appointed to prepare a Declaration of Principles, the following was adopted :

Venaient alors une Declaration of Principles et dix-sept Secondary Articles of Federation précédés d’une Prælocutio, suivi par l’énumération des cinq membres qui composeraient le Tribunal of Adjudication prévu à l’art. III au cas où les articles seraient adoptés « par les autres Conseils », par la liste des cinq Suprêmes Conseils composant la Ligue (Juridiction Sud des États-Unis, Irlande, Écosse, Amérique Centrale et Grèce) et par la liste des Suprêmes Conseils « qui n’ont pas encore rejoint la Ligue », liste identique à celle adoptée à Lausanne à laquelle était ajouté le Brésil.[142] Le tout se terminait par l’énoncé de deux décisions : le prochain Congrès se tiendrait sous la présidence du Grand Commandeur de la Juridiction Sud et

The Congress resolved to delay consideration of suggestions for amendments on the Constitution of the Order and upon the Rituals of the Degrees, until the Declaration of Principles, and Secondary Articles were considered, and, with or without amendments, adopted by the Councils forming the League ; and they now report to these Councils the result of their labors.

[Signed]                                                                                      J. Whyte Melville, 33°\,

                                                                                                     Sov\ Gr\ Comm\,

                                                                                                     Supreme Council of Scotland.

L. S.

                                      L. Mackersy, 33°\,

                                      G\ G\ Secy., H\ E\


Il existe heureusement un témoignage officieux et unique de ce qui se passa à Édimbourg. Il a été publié dans le numéro d’octobre 1877 de La Vérité, Bulletin officiel de la Confédération des Sup\ Cons\ du Rite Écossais anc\ acc\ », intitulé suivi de l’indication : Adresser tout ce qui concerne la Rédaction et l’Administration au Secrét\ Gén\ du Supr\ Conseil\, Lausanne, ce qui ajoute à sa saveur un caractère d’authenticité.




Le fameux Convent écossais, ouvert à l’O\ d’Edimbourg

le 14 septembre 1877.


Le journal anglais Freemasons, Nº de septembre 1877, renferme dans ses colonnes une boutade pleine d’humour sur le fameux Convent qui doit avoir siégé à Edimbourg, le mardi 11 septembre écoulé. On nous passera, pour l’originalité du fait, d’en donner ici la libre traduction. Nous disons fameux, tant il fut minuscule, presqu’invisible! A cet égard, nul jusqu’à ce jour ne l’a égalé, nul ne le surpassera jamais. C’était sans doute le grand moyen de séjourner et passer incognito dans la capitale de l’Écosse, et de ne pas mettre dans le secret de son existence et de ses agissements, profanes et autres. On y a pleinement réussi pour ceux-là, et presque réussi pour ceux-ci. Si nous en savons quelque chose, c’est parce que l’un de nos FF\, naturaliste distingué, par hasard en passage par là, a, au bruyant coup de trompette qui l’a annonce, tourné son microscope sur le point désigné, et prétend y avoir vu s'agiter quatre êtres lilliputiens. Ici, vous revient involontairement en mémoire ce vers célèbre d’Horace :

« Parturiunt montes nascetur ridiculus mus. »

On se souvient qu’en 1875 eut lieu à Lausanne un grand Convent du Rite écossais ancien et accepté.

Une centaine de membres environ y assistaient. Solennelle fut cette réunion. Du 6 au 22 juillet [143] que dura le Convent, de remarquables travaux s’y accomplirent, d’importantes décisions furent prises : il fut couronné de succès.

Le représentant de l’Écosse, cependant, non satisfait, paraît-il, de la place qui lui était accordée et de la part d’influence qu’il pouvait exercer, blessé, se retira du congrès à la troisième séance déjà, et couvrit les travaux pour ce qui concernait son pays. Un Convent œcuménique du Rite écossais dans une ville de la Suisse paraît avoir singulièrement affligé nos TT\ CC\ FF\ de l’antique Calédonie.

De là, l’idée d’un Convent universel cette année en septembre, à Edimbourg. Tous les Sup\ Cons\ du monde sont invités à y envoyer des délégués. On veut faire de la Maç\ écoss\ une puissance digne d’elle. De nouveaux statuts seront élaborés et rendront au Rite méconnu toute sa glorieuse valeur.

Arrive le jour ardemment attendu, appelé à devenir à jamais mémorable par les torrents de lumières qu’il doit faire briller sur le monde maç\ – Et, voici, quand tous les membres de ce grand Convent universel, bruyamment annoncé à grands coups de tam, tam, sont réunis et viennent à se compter, il se trouve, ô surprise, qu’ils sont au nombre de quatre ! Oui, quatre Ill\ du 33e ! Quatre, ni plus ni moins, dont deux encore du Sup\ Cons\ d'Écosse ! – Et voilà les quatre, tirés à quatre épingles, venus des quatre coins du monde, se mettant en quatre, pour fendre un cheveu en quatre ! ... Riseum teneatis ! ...

Nous ignorons si ce fameux Convent s’est dissous en larmes, et, si, dans ce cas, ces larmes furent précieusement recueillies et conservées pour les générations futures afin qu’elles restassent comme un souvenir émouvant de cette incomparable assemblée. Si nous l’ignorons, nous savons cependant que, à la suite d’une journée des plus laborieuses, ces quatre Ill\ ouvriers, succombant de fatigue, épuisés, songèrent à se réconforter et à prouver que leur talent gastronomique était à la hauteur au moins de la solennité du Convent et de la sublimité de leurs conceptions maç\

Pour les premiers travaux, c’est-à-dire, pour discuter et fixer le Rite de la maç\, pour poser ses principes universels; pour les dégager de la rouille des siècles et de la poussière des traditions, quatre suffisaient, suffisaient amplement; mais, quant à établir le menu d’un banquet, à y faire honneur, à se tirer glorieusement de cette nouvelle et importante tâche, on déclara qu’il fallait élever ce nombre à une plus haute puissance, à son carré, et ce fut ainsi qu’ils se trouvèrent seize à table ! seize de tous grades ! II ne sera pas sans intérêt, sans doute, pour nos FF\, les mathématiciens, d’apprendre que la racine carrée du banquet des seize, est égale à la valeur numérique du Convent universel réuni dans cette Athénée moderne, en l’an de grâce 1877.

Ne laissez pas flétrir vos lauriers, ô vous, immortels, illustres architectes de la rue Jooley ! Nous, maç\ Anglais du Rite écossais, nous avons comme puissance maç\, une rivale dans la puissance qui vient de se produire sous la forme de Convent universel, à Édimbourg, capitale de l’Écosse ! Ah ! qu’on ait pitié de nous ! pitié de notre infime misère !

Nous sommes saisis de frayeur à la pensée de cet immense événement ! Nous en attendons avec impatience les renversants résultats. Il est impossible que l’influence ne s’en fasse visiblement sentir sur les destinées des nations. Un Convent universel de quatre ! Un banquet confédératif de seize ! ... C’est tout simplement insurpassable !

Si ce témoignage est véridique, il est regrettable que les noms des deux délégués qui avaient fait le voyage ne soient pas passés à la postérité.[144] Mais, en ce qui concerne le Suprême Conseil d’Angleterre, la réunion d’Edimbourg fut l’une des gouttes d’eau qui firent déborder le vase.

La Rupture et la Vengeance (novembre 1877-janvier 1878)

Le 10 octobre, préparant les propositions qu’il voulait soumettre au Convent qu’il avait accepté [145] d’organiser à Londres en juillet 1878, le Suprême Conseil d’Angleterre mettait en tête de celles-ci :

That whereas the Word “Scottish” is misleading as apparently giving undue influence & prominence to one Country & likely to create a belief that the Head Quarters of the Ancient and Accepted Rite are or should be in Scotland, the said word “Scottish” be expunged and the words “Ancient and Accepted Rite” only, be used to indicate the High Grades of Freemasonry under the Supreme Councils 33°\ of the Confederation.[146]

La cinquième proposition demandait que les expressions ‘Force Supérieure’ et ‘Principe Créateur’ soient remplacées par ‘Suprême Créateur’, parce qu’elles avaient donné lieu à des malentendus ; la sixième, que soit insérée la disposition suivante entre les paragraphes 2 et 3 de l’article 18 du Traité d’Alliance :

No Confederated Sup\ Co\ shall enter into or continue, relations of amity with any masonic body which does not acknowledge the existence of a Supreme & personal God.[147]

Sa patience épuisée après de nouvelles négociations avec l’Écosse qui n’avaient satisfait aucune des deux parties,[148] le Suprême Conseil d’Angleterre décidait le 26 novembre 1877 de rendre publique la rupture qu’il avait décidée, mais non mise en application, le 11 octobre 1876 :

It is resolved

That this Sup. Council 33° does from henceforth cease to hold an alliance or Masonic intercourse with the Sup. Council 33° of Scotland [...] [149]


Tour à tour, les Suprêmes Conseils d’Irlande, de Grèce, la Juridiction Sud, lui firent savoir qu’ils n’avaient pas, quant à eux, de raisons de rompre avec celui d’Écosse. Pire, afin de prouver que la juridiction du Suprême Conseil d’Angleterre ne s’étendait pas aux colonies britanniques, le Suprême Conseil d’Écosse adressa le 22 janvier 1878 aux Suprêmes Conseils du monde entier une lettre circulaire en y incluant une partie des procès-verbaux de la Juridiction Nord de 1846 à 1847, époque où celle-ci avait créé le Suprême Conseil pour l’Angleterre et le Pays de Galles, sans aucune mention des Dependencies.[150] Par ailleurs, le comportement ultérieur des Anglais avait alors suscité l’irritation et parfois la fureur des Américains à un point tel que ceux-ci avaient rompu leurs relations avec Londres en 1847.

La Discorde (mars 1878-février 1880)

Le 13 mars 1878, le Suprême Conseil d’Angleterre décida d’adresser une lettre au Grand Chancelier suisse pour lui exprimer ses craintes que l’assistance ne soit guère nombreuse à la réunion prévue à Londres pour le 15 juillet prochain en ajoutant qu’il estimait préférable de repousser cette réunion d’un an. Il lui demandait également si les propositions qu’il avait formulées pour être soumises au Convent avaient été distribuées. La Suisse répondit le 1er avril en annonçant que seuls les Suprêmes Conseils du Pérou, de Colombie, de Colon et d’Uruguay avaient annoncé leurs participations. Il se déclara d’accord pour repousser le Convent à l’année 1879 et envoya une circulaire dans ce sens le 20 mai.[151]


Le 22 juillet, Guiffrey écrivit à Sandeman :

Le Grand Orient vient de se faire mettre à l’index aussi bien par l’Angleterre que par les autres Sup\ Cons\ confédérés en raison de la suppression de la formule relative au G.A.D.l’U. Nous, au contraire, nous maintenons absolument ce principe. Il est donc nécessaire que les Sup\ Cons\ qui sont en communauté d’idées avec nous veuillent bien répondre à notre appel et viennent avec nous affirmer au grand jour que, malgré les calomnies de nos détracteurs, la véritable Fr\ Maç\ proclame l’existence de Dieu, l’immortalité de l’âme, et ne s’est jamais séparée des principes de la plus haute philosophie et de la plus pure morale.[152]


Le Suprême Conseil d’Angleterre envoya une délégation comprenant Montagu, Shadwell Clerke et Sandeman à une fête organisée à Paris au Trocadéro par le Suprême Conseil de France le 24 octobre, à laquelle assista également le Grand Commandeur Lord Skelmersdale qui prit la parole au banquet du soir.[153]


Le lendemain, ces trois membres rencontrèrent au siège du Suprême Conseil de France le nouveau Grand Commandeur suisse Amberny et trois membres du Suprême Conseil de Belgique, Riche, Cluydts et Ackerman. Amberny proposa de repousser à nouveau le prochain Convent au mois de février 1880 et de le réunir à Rome au lieu de Londres. La discussion porta ensuite sur le ‘Principe Créateur’. D’après le rapport des délégués anglais, tous les présents, sauf eux-mêmes, seraient tombés d’accord pour déclarer que cette expression ne désignait pas un Dieu personnel, qu’elle avait été choisie dans la Déclaration de Principes pour éviter l’idée que le G.A.D.l’U. ne soit considéré comme représentant un Dieu personnel, que la prière par laquelle le Convent de Lausanne avait été clos en invoquant Dieu avait été de pure forme et sans signification aucune,[154] et que les deux-tiers des membres du Suprême Conseil de France rejoindraient le Grand Orient si l’idée d’un Dieu personnel leur était imposée.


Sur quoi les délégués anglais auraient décidé de ne pas aborder la question des propositions qu’ils avaient rédigées et quittèrent la réunion, non sans avoir déclaré auparavant que placés devant une telle déclaration unanime de non-croyance en un Dieu personnel, ils étaient convaincus que leur Suprême Conseil se retirerait de la Confédération et que la question lui serait soumise. Deux des délégués anglais rencontrèrent ensuite Guiffrey et, le lundi 28 octobre, le Grand Commandeur Crémieux qui leur déclara que Guiffrey saurait trouver dans son rapport une formule pour les satisfaire. Ils déduirent de leur visite à Paris que la très mince différence qui séparait encore Suprême Conseil de France et Grand Orient disparaîtrait bientôt.[155]


Le Suprême Conseil d’Angleterre chercha dès lors à se sortir du guêpier dans lequel il s’était fourré. Plusieurs lettres furent adressées à Guiffrey. Celle du 18 décembre lui rappelait les termes du Memoir anglais de mai 1876, son interprétation des mots ‘Créateur Suprême’ contre laquelle aucun Suprême Conseil Confédéré n’avait protesté. Sandeman rappelait à Guiffrey les termes de la lettre que celui-ci lui avait adressée le 22 juillet en l’opposant à ce qu’il avait déclaré lors de leur rencontre à Paris, à savoir que l’expression ‘Principe Créateur’ avait été choisie parce qu’elle était suffisamment vague pour autoriser les personnes qui ne croyaient pas à l’existence de Dieu à faire partie du Rite Ancien et Accepté. Il terminait en l’accusant de « continental ‘double-speak’ ».[156]


Le Suprême Conseil de Belgique suggéra le 19 janvier 1879 au Grand Commandeur Amberny la formulation suivante :

La Franc-Maçonnerie proclame, comme elle l’a toujours proclamé dès son origine, comme principe nécessaire et fondamental, l’existence de Dieu sous le nom de G\ A\ de l’U\

Ce texte fut soumis au Suprême Conseil d’Angleterre par le Suprême Conseil de Suisse avec l’addition suivante :

Cette formulation, en manifestant sa foi en l’existence d’un Être Suprême, n’est pas limitative. Chaque Sup\ Con\, dans l’étendue de sa juridiction, peut admettre et exiger des néophytes une définition plus complète des attributs du G\A\D\L\U\, cette Force ou Pouvoir Supérieur Infini.

Le Suprême Conseil d’Angleterre refusa l’addition dans sa lettre du 28 mai et proposa de modifier le texte belge comme suit :

La Franc-Maçonnerie proclame, comme elle a proclamé dès son origine, l’existence de Dieu, le G\ A\ de l’U\, et l’immortalité de l’âme.

Il ajoutait que si sa proposition n’était pas acceptée sans réserves par l’ensemble des Suprêmes Conseils confédérés, il se retirerait de la Confédération.[157]


Le 9 juin, Amberny communiqua le texte anglais au Suprême Conseil de Belgique en lui demandant sa position afin de pouvoir la transmettre ensuite au Suprême Conseil de France. La Belgique accepta la proposition anglaise. Il s’ensuivit un singulier imbroglio. La Suisse pensa-t-elle que depuis le 15 juillet 1878, elle était déchargée « des Pouvoirs que la Grande Assemblée de 1875 » lui avait confiés, comme elle l’avait écrit dans sa convocation au Convent de Londres ? Toujours est-il que la réponse belge ne fut pas transmise à Londres par Amberny. Ce qui amena le Suprême Conseil de Belgique à demander le 6 octobre à celui d’Angleterre quand il envisageait de convoquer le prochain Convent. Celui-ci répondit que c’était l’affaire du Suprême Conseil de Suisse, mais qu’avant d’accepter d’y participer, le Suprême Conseil d’Angleterre attendait de savoir si tous les Suprêmes confédérés avaient accepté sa formulation. Or les Italiens avaient annoncé aux Belges qu’ils ne voulaient plus entendre parler d’Amberny depuis que celui-ci avait manifesté une préférence dans la querelle qui opposait Rome et Turin et qu’ils souhaitaient qu’un autre Suprême Conseil que celui de Suisse envoie les convocations.[158]


Le Suprême Conseil de Belgique répondit aux Anglais le 29 octobre qu’il avait accepté leur proposition et exprima l’espoir que le Convent pourrait se réunir à Londres. Par contre, le Suprême Conseil de Suisse écrivit le 14 novembre aux Anglais en leur demandant de lancer les invitations pour que le Convent se réunisse à Rome ! [159]


Le 24 novembre, Amberny transmit au Suprême Conseil de France l’acceptation de son Suprême Conseil à la proposition Sandeman. Guiffrey lui répondit que son Suprême Conseil ne voyait pas d’objection à la formulation anglaise, mais qu’il ne voulait pas prendre position à ce sujet avant la réunion du Convent auquel cette proposition devrait être soumise.[160]

Le Suprême Conseil de Suisse eut beau écrire, le 9 février 1880, au Suprême Conseil d’Angleterre que sa définition du G\A\D\l’U\ ayant été acceptée, il lui demandait de fixer une date pour que le Convent puisse se réunir à Londres, Paris ou Bruxelles, il lui fut répondu en objectant que Lausanne avait écrit à un Suprême Conseil d’Espagne non reconnu et au “Centre de Rome” au lieu du Suprême Conseil de Turin.

Mort de la Confédération (mars 1880)

Sandeman annonça le 31 mars aux Suprêmes Conseils de France, de Suisse et d’Italie que la prochaine réunion de son Suprême Conseil examinerait la question de son retrait de la Confédération. Et malgré le succès diplomatique qu’il venait de remporter, la décision fut prise le 10 mai. Il en avisa le Suprême Conseil de Belgique par lettre du 23 juillet et les Suprêmes Conseils confédérés par une circulaire datée du 12 août.[161] Le Suprême Conseil de Belgique suivit l’exemple de l’Angleterre le 22 août.[162]


Le 18 octobre, Pike déclara au Suprême Conseil de la Juridiction Sud :

I never doubted that the Supreme Council of France desired to have the phrase “Principe Créateur” substituted for the word “Dieu”, at Lausanne, in order that there might be nothing in the Ancient and Accepted Scottish Rite in France to impede the admission of avowed Atheists into its Lodges, or to wound their sensitive and tender consciences ; and I meant to make it an unavoidable necessity, some day, for the Supreme Council for England and Wales to demand from the Supreme Council of France a categorical answer to the direct question, whether in its Lodges avowed Atheism of a candidate was an objection to his initiation ? I knew that its answer would have to be, if true, “It is not”. [...]

Our League is still composed of the Supreme Councils of Scotland, Ireland and Greece, with our own. The Supreme Council of Central America [...] its accession was assented to at the Congress of 1877; but it has never been heard from since then [...] [163]


Le 16 février et le 8 août 1881, le Suprême Conseil de Suisse, que rien ne semblait pouvoir décourager, adressa une convocation pour tenir un Convent à Turin le 24 octobre. Sans résultat. Il en fut de même en 1882.[164] En 1886, Pike déclina la proposition que lui fit Eugène Bérard, devenu Grand Chancelier du Suprême Conseil de France après la mort de Guiffrey, de l’aider à réunir un nouveau Convent.[165]


Trois ans plus tard, le 15 septembre 1889, Pike adressa une circulaire aux Suprêmes Conseils avec lesquels la Juridiction Sud était in amity pour leur proposer une nouvelle Déclaration de Principes :

The Confederation of certain of the Supreme Councils formed at Lausanne in 1875 has been virtually dissolved. The League formed in 1876 [...] still exists, and the principles agreed upon by its Articles of Federation still governs these Councils ; but no Congress of these Councils has been held since that of 1877.

The impractibility of holding such Congresses may fairly be considered demonstrated; and there is at least room for grave doubts whether, if they were held, and a large number of the Councils were represented in them, either harmonious action, or increase of good feeling, or unanimity of opinion, would result from their deliberations. Such Bodies always endeavour to do too much.

But it remains quite as true as it was in the year 1876, that the increasing tendency towards innovation in the Ancient and Accepted Scottish Rite, the growing desire for removal of the Ancient Landmarks of Free-Masonry, and other matters that concern the well-being of the Order, make it desirable that there should be a more intimate unity of ideas and action between those conservative Powers of the Rite that are determined to stand upon the old ways, and are not prepared to exchange their trust in the God of their fathers for acquiescence of the intellect in Agnosticism, or in the existence of a mere Creative-Principle. If no satisfactory mode can be provided for the resolution of questions concerning the legitimacy of Powers, or for settling disputes between Bodies claiming against each other supremacy in the same jurisdiction, it ought to be possible for all the Supreme Councils to avow, and accept as the law of the Rite, certain great principles, and to agree to certain things whereby peace and harmony, and to some extent concert of action, among them may be preserved.

The Supreme Council for the Southern Jurisdiction presents to the other Councils for their consideration the ‘Declaration of Principles,’ ‘Maxims,' and ‘Dispositions for the Promotion of Amity’ that here follow:


Free-Masonry proclaims as its necessary and fundamental principle a belief in the existence of a true and living God.

It requires from its members an acknowledgment of such belief, leaving to each to worship God in the manner and form which, in his own conscience, he believes to be most acceptable to Him.

It further requires its members to be loyal subjects of the country in which they reside ; and it prohibits all political religious discussions in its assemblies.

It inculcates charity, morality, justice, temperance, generosity, and, in a word, whatever promotes the welfare of humanity.

It exacts from all members of the Ancient and Accepted Scottish Rite strict fidelity and obedience to the Constitutions of the Order, and to the Laws of the Supreme Council of the Jurisdiction to which they belong.[166]


La circulaire annonçant « the renewal of fraternal relations » entre les Suprêmes Conseils d’Angleterre et d’Écosse fut envoyée deux mois plus tard.[167] Le Suprême Conseil d’Irlande annonça le 22 novembre 1892 qu’il se joignait à ce “Concordat”. La première réunion officielle des trois Suprêmes Conseils britanniques eut lieu à Dublin, les 21 et 22 juin 1893.[168]


Ce n’est qu’avec l’élection du comte Goblet d’Alviella à la tête du Suprême Conseil de Belgique, le 30 mars 1900, et aux efforts qu’il déploya, qu’une Conférence internationale put réunir vingt Suprêmes Conseils à Bruxelles en 1907.




[110]         L’existence de cette lettre ressort de la réponse de Mackersy, mais son contenu est inconnu. Lorsque Pike prononcera un discours, lors de la réunion de son Suprême Conseil, en mai 1876, il expliquera qu’après avoir pris connaissance des décisions de Lausanne, sa première intention avait été de se borner à la recommandation de ne pas adhérer à la Confédération. Mais ce n’est que lorsque le Suprême Conseil d’Écosse avait rendu publiques ses objections à l’éradication du nom de Dieu et avait insisté auprès de lui sur la nécessité de former une autre Ligue [sic] pour maintenir les vrais principes de la franc-maçonnerie écossaise, qu’il avait pris conscience de l’impossibilité de garder le silence (Lobingier 1931, p. 913).

[111]         La lettre du 17 décembre, citée plus haut.

[112]         Ce qui explique son absence dans OB III (et dans les ouvrages de Lobingier et de Carter) et, par voie de conséquence, celle de la circulaire du 5 mars.

[113]         Cette lettre n’est citée ni par Lobingier ni par Harris. Je remercie mon ami Art de Hoyos, archiviste de la Juridiction Sud des États-Unis, qui m’en a adressé un exemplaire.

[114]         OB III, p. 187. Lobingier 1931, p. 912.

[115]         OB III, pp. 52-55.

[116]         OB III, pp. 57-65.

[117]         Lobingier 1931, p. 912 (citant l’Annual Reporter, May 1876, p. 147).

[118]         OB III, pp. 187-188.

[119]         OB III, pp. 141-146. Mandleberg lui consacre cinq lignes (Mandleberg 1995, p. 280) alors qu’il avait cité presque intégralement la lettre de son propre Suprême Conseil.

[120]         OB III, pp. 146-149.

[121]         Lobingier 1931, pp, 912-913.

[122]         Lettre du 10 avril 1876, citée dans la réponse de Pike du 17 juin (OB III, p. 435). Voir Mandleberg 1995, pp. 280-281.

[123]         Lettre de Pike au Suprême Conseil d’Écosse, 16 avril 1876, citée in Mandleberg 1995, p. 280.

[124]         Voir note 37. Lettre de Pike à Crémieux, 13 mai 1876 (OB III, p. 56).

[125]         Et non le 26 janvier (Minsier 2004, p. 85, recopiant l’erreur de Naudon).

[126]         OB III, pp. 467-471. En fait, le Suprême Conseil avait alors trente années d’existence derrière lui. Extraits in Mandleberg 1995, pp. 281-283. qui qualifie ce Memoir de « magnificent forensic defence of the English position to lay before the Tribunal of the Confederated Councils ». La date du 29 mai (Mandleberg 1995, p. 297) est celle de la lettre d’accompagnement (reproduite in OB III, pp. 465-466, avec une erreur de transcription : 29 mai 1877 au lieu de 1876).

[127]         En mai 1876. Voir les notes 44 et 110.

[128]         Lobingier 1931, p. 910. Le mot then s’applique à une lettre écrite le 19 novembre 1875 par Pike au Grand Chancelier du Suprême Conseil d’Italie, Timoteo Riboli, délégué à Lausanne, qui commençait par les mots « We have every reason to be content with the Articles of Alliance of the Confederation of Supreme Councils, although our accession to the Confederation would have been accompanied by reservations in regard to Articles III and XII. » (OB III, pp. 38-40). Voir aussi la note 44.

[129]         En 1876, Pike entretenait une correspondance « cordiale » avec le Grand Commandeur écossais, Whyte Melville, qui était également Deputy Grand Master & Governor de l’Ordre Royal d’Écosse, et lui exprima son désir que l’Ordre soit introduit sous sa direction aux États-Unis. Ces lettres furent lues à la réunion de la Grande Loge de l’Ordre, le 4 juillet 1876. Bien que Pike n’ait jamais été reçu à l’Ordre Royal d’Écosse, la Grande Loge accéda à son désir (George Draffen of Newington 1977. The Royal Order of Scotland. The Second Hundred Years, pp. 35-36).

[130]         Lettre de Pike à Léopold Riche du 17 juin 1876 (OB III, pp. 432-437).

[131]         « Carnavon asked to be allowed to resign his command… because of the “excessively heavy work which devolved on him in his Official public capacity – he has for some time past felt that he could not devote the time and attention to the Order which it had a right to expect at his hands”. […] There is no reason to doubt that his decision to lay aside his Masonic responsibilities, both in the A. and A. Rite, and in other Orders, was genuinely a result of his political involvement. However, the summer of 1876 […] was a difficult time […] the Supreme Council of England and Wales was somewhat isolated among the Supreme Councils of the world [...] But for his resignation to take immediate effect at that time could have carried with it implications of which his fellow-Members of Supreme Council were well aware. They persuaded him temporarily to withdraw his resignation because “At the present moment, the Cause might be misrepresented by certain Bodies with which this Sup. Council are just now at issue” » (Mandleberg 1995, pp. 314-315).

Tout ceci est certainement vrai. Mais on ne peut s’empêcher de remarquer que la mise au point sous forme de lettre du 9 février 1876 avait été signée par Lord Carnavon, Shadwell Clerke et Sandeman, alors que le Memoir du 26 mai suivant ne l’avait été que par Montagu et Sandeman.

[132]         Mandleberg 1995, p. 283.

[133]         Mandleberg 1995, pp. 283-284.

[134]         Alors également Deputy Grand Master de la Grande Loge Unie d’Angleterre.

[135]         Mandleberg 1995, pp. 284-285. En 1882, Pike devait écrire au Grand Commandeur écossais Whyte Melville : « When I proposed, some years ago, to their Council and yours, the submission of your dispute to arbitration, the suggestion was so coldly received and inhospitably entertained by them, that I cannot think of renewing it... » (OB VI, p. 74). Voir Mandleberg 1995, p. 438.

[136]         Mandleberg 1995, pp. 285-288.

[137]         OB III, pp, 443-444. Carter 1967, pp. 145-146. Cette lettre circulaire, signée par Montagu, Clerke et Sandeman, n’est pas citée par Mandleberg. Par courtoisie, le Lieutenant Commandeur anglais, Nathaniel Philips, en avait adressée copie à Pike qui lui répondit le 2 août (texte intégral OB III, pp. 445-449 ; extraits in Carter 1967, pp. 146-149).

[138]         Des invitations à la réunion d’Édimbourg avaient également été adressées par l’Écosse aux membres de la Confédération. Le Suprême Conseil de Belgique répondit au Suprême Conseil d’Angleterre qu’il n’avait jamais eu l’intention de se joindre à la Ligue d’Édimbourg (Mandleberg 1995, p. 283).

[139]         Art. 3 du Traité.

[140]         La Vérité, Juillet 1877, pp. 201-204.

[141]         OB III, pp. 457-463. Je suppose que c’est le même texte qui fut publié dans le Bulletin des travaux du Sup\ Cons\ de Belgique 1877-1878, N° 21, pp. 135-142, sous le titre ‘Procès Verbaux du 1er Cong\ des Sup\ Cons\ unis du Rit écoss\ anc\ et acc\, tenu à Édimbourg’ (Fesch, col. 201).

[142]         Le Brésil était le seul Suprême Conseil à avoir été proposé mais non retenu à Lausanne.

[143]         Sic !

[144]         En tout cas, il n’y avait pas d’Irlandais (voir la lettre du 4 décembre 1877 du Grand Commandeur irlandais Townshend au Grand Chancelier Montagu, OB III, pp 452-453). Dans une lettre adressée le 12 décembre 1877 au Grand Chancelier suisse Jules Duchesne, Sandeman écrivait « believed to have been those of Greece & the Southern Jurisdiction of the United States of America » (Mandleberg 1995, p. 292). Mais, assez curieusement, Mandleberg affirme comme un fait avéré qu’outre celui d’Écosse, les Suprêmes Conseils de la juridiction Sud des États-Unis, d’Irlande, de Grèce et d’Amérique Centrale à Costa-Rica y étaient représentés (Mandleberg 1995, p. 288).

[145]         Lettre de Sandeman à Duchesne, du 14 mai 1877 (Mandleberg 1995, p. 286).

[146]         Mandleberg 1995, p. 289. Cette décision, modifiant l’intitulé du rite, est toujours en vigueur aujourd’hui.

[147]         Mandleberg 1995, p. 290.

[148]         La lettre du Grand Commandeur écossais Whyte Melville à Lord Skelmersdale, très savoureuse (il relève que son Suprême Conseil n’a jamais constitué de Subordinate Body en Angleterre ou au Pays de Galles), datée du 19 novembre 1877, est intégralement reproduite in OB III, pp. 474-475. Mandleberg la résume en une citation apparemment peu exacte (Mandleberg 1995, p. 291).

[149]         OB III, pp. 464-466. Mandleberg, pp. 284, 291 & 436.

[150]         OB III, pp. 476-491. Les circonstances de la création du Suprême Conseil d’Angleterre sont résumées à l’Annexe 5. L’occasion était trop belle pour les Écossais de rappeler comment le Suprême Conseil d’Angleterre avait été créé par correspondance, alors que dans sa note du 9 février 1876, le Suprême Conseil d’Angleterre avait affirmé, à tort, que celui d’Écosse avait été fondé par le Suprême Conseil de France (voir note 108).

[151]         Mandleberg 1995, pp. 293-294.

[152]         Mandleberg 1995, p. 294.

[153]         Raymond 1908, p. 76.

[154]         Il n’y avait pas eu de prière. L’avant-dernière phrase de l’allocution de clôture du Grand Commandeur Besançon avait été : « Au nom de Dieu, de St-Jean et des Suprêmes Conseils Confédérés, je ferme les travaux du Convent de Lausanne » (CR 1875, p. 60).

[155]         Extraits du rapport des délégués anglais in Mandleberg 1995, pp. 295-296.

[156]         Mandleberg 1995, p. 297.

[157]         OB IV, pp. 676-677 (traduction en anglais des Travaux du Suprême Conseil de Belgique, novembre 1878-novembre 1879). Clément 1937, p. 174. Mandleberg 1995, p. 299.

[158]         Lettre du Suprême Conseil d’Italie au Suprême Conseil de Belgique du 18 août 1879 (OB IV, p. 678). Il est néanmoins difficile de suivre Mandleberg dans ses considérations concernant le Suprême Conseil de Suisse à propos du Suprême Conseil d’Italie : « Turin was duly recognised as the seat of the Supreme Council for “Italy, Sicily and other Italian Isles” even though the English Council had not yet formally accepted this, and the Swiss Council later ignored this decision in favour of the “Roman Centre” [...] Nothing in the documents available explains why the Supreme Council of Switzerland consistently preferred to correspond with the “Roman Centre” instead of with the Supreme Council at Turin which had apparently been recognised at Lausanne as the legitimate controlling Body of the A. and A. Rite in Italy, apart from its later statement that the Roman Centre had asked it to do so. [...] The English Council certainly considered that the recognition of Turin had been the consensus of the opinions of the Confederated Councils in Lausanne, but the ‘executive’ of the Confederation, the Supreme Council of Switzerland, persisted for many years in recognising the ‘Masonic Centre of Rome’ » (Mandleberg 1995, pp. 276, 300 & 464). Cette dernière affirmation est légèrement inexacte, car la position du Suprême Conseil de Suisse passa par trois positions différentes. Par la circulaire qu’il adressa le 9 juin 1877 aux Suprêmes Conseils confédérés, le Suprême Conseil de Suisse décidait de ne pas reconnaître le Suprême Conseil issu de l’assemblée du 14 janvier 1877 à Rome qui avait élu Tamajo Grand Commandeur et de ne reconnaître que celui de Turin. (Cette longue circulaire est reproduite dans La Vérité 1877, pp. 97-119. Elle relève que Tamajo, qui était membre du Suprême Conseil séant à Turin, avait été annoncé comme troisième délégué italien à Lausanne et que c’est en raison de deux télégrammes reçus de Riboli et de Tamajo que le CR 1875 indiqua Rome au lieu de Turin comme siège du Suprême Conseil d’Italie). Par contre, comme l’écrit Mandleberg (ibid. p. 466), par sa circulaire du 18 mars 1879, le Suprême Conseil de Suisse reconnut le Suprême Conseil d’Italie, séant à Rome (Lobingier 1931, p. 826). Mais ayant entendu le rapport du T\ Ill\ F\ Baud, le Suprême Conseil de Suisse revint sur sa décision précédente et le 29 novembre 1881, il abrogea son décret du 18 mars 1879 (Margiotta 1894, p. 122). Les Suprêmes Conseils de Naples, Palerme et Turin finiront par se fondre dans celui de Rome (voir in OB VIII, pp. 170-172 la lettre du Grand Commandeur Riboli du 14 décembre 1886 annonçant à Pike que, grâce à ses conseils, l’union était réalisée).

[159]         Mandleberg 1995, p. 300.

[160]         OB IV, p. 439.

[161]         Mandleberg 1995, pp. 300-302.

[162]         Clément 1937, p. 175.

[163]         OB IV, pp. 403-404.

[164]         Mandleberg 1995, pp. 303-304.

[165]         OB VIII, pp. 150-153.

[166]         OB IX, pp. 389-390. Carter 1967, pp. 459-464.

[167]         Circulaire du 15 novembre 1889 in OB X, pp. 52-54. ACF Jackson 1987, p. 192. On lira le détail des ultimes négociations qui amenèrent cette heureuse conclusion in Mandleberg 1995, pp. 440-443.

[168]         Oxford 1933, pp. 54-55. Mandleberg 1995, pp. 447-448.